AccueilNos ActivitésOffresShare ServicesContacts

Les relations Employeurs – Employés ont considérablement évolué ces dernières années, notamment avec une perte de fidélité et de confiance réciproque. Elles sont également amenées à évoluer rapidement avec, entre autre, le besoin d’emplois plus qualifiés dus à l’évolution rapide des technologies et avec le début du papy boom.

La recherche d’emploi est devenue de plus en plus pointue et exige une démarche authentiquement professionnelle. H&D Conseil vous propose donc gratuitement une méthodologie éprouvée.


Quelle est votre situation ?

Si vous êtes en fonction, la recherche d’emploi est conditionnée par votre disponibilité :
Nous vous conseillons de faire les bilans proposés ci-dessous, et de vous concentrer sur une recherche d’emploi via vos relations, c’est aujourd’hui la stratégie la plus payante.

Il est possible d’utiliser des moteurs de recherche qui vous relèvent quotidiennement les offres d’emploi parues et adaptées à vos critères, il existe évidemment des revues contenant des offres. Mais si vous êtes contraint par le temps, ces moyens risquent de ne pas vous être adaptés car le taux de réussite est un des plus faibles.


Si vous êtes sans emploi, la recherche d’un travail est conditionnée par votre moral :
Chaque « sans emploi » est amené à se poser des questions sur lui-même et à douter plus ou moins ouvertement de lui. Nous vous conseillons de créer un environnement favorable. Pour cela, veillez à garder un environnement structurant : des horaires fixes (heure de lever, de repas,…), rencontrer des personnes, vous assigner des activités extérieures dynamiques (mais pas envahissantes !).

Et enfin, soignez votre image : tenue vestimentaire, rasage et coupe de cheveux, etc… Ne cédez à aucune tentation toxicologique (alcool,…). Il n’est pas honteux d’avoir besoin d’une « béquille » pour pouvoir tenir debout, à condition que ce ne soit pas par un moyen qui attente à votre dignité et à votre liberté. En cas de légitime difficulté morale, votre seul allié est votre médecin traitant qui vous orientera selon son jugement, en connaissance de cause.
Les activités privées (courses, ménage, bricolage,…) ne sont pas à exclure strictement mais à cantonner à des horaires précis et réduits de manière à ne pas se substituer à vos anciens horaires de travail.

Pourquoi chercher un nouvel emploi ?

Si vous êtes en poste, il peut être illusoire de croire que « l’herbe est plus verte dans le pré d’à côté ». Alors, sauriez vous rédiger concrètement ce que vous avez à y gagner ?

Si vous êtes sans emploi, il est nécessaire de « digérer » votre situation. Cela suppose d’être accompagné dans les phases incontournables de colère (en vouloir aux autres), de déprime (en vouloir à soi)… Avant d’accepter et de se remettre dans une démarche de projet.

Par où commencer ?

Débuter une recherche d’emploi ou se remettre d’un licenciement, même si vous n’avez rien à vous reprocher, n’est pas simple car cela touche au besoin de sécurité que chacun possède au même titre que son instinct de conservation. Il faut prendre un point d’appui – vous-même – et se donner un projet – votre prochain emploi. Vous devez donc vous demander qui vous êtes et où vous voulez aller. Le « comment » et « avec qui » se posent après



.
1/ Qui êtes-vous ?

La question est double :

D’une part, il en va de ce que vous avez conscience d’être et de l’image que les autres vous en retournent.
D’autre part, il y a ce que vous avez fait et vécu et qui témoigne de vos capacités et aptitudes. Nous ne parlerons pas encore, ici, de compétence. La première étape est de faire le point sur soi.
Mais il y a ce que l’on est et il y a ce que l’on veut être… Ou, pire, il y a ce que l’on craint d’être. Concentrez vous honnêtement sur ce que vous êtes et donnez vous des faits précis pour étayer vos choix.

C’est le moment de faire le point sur vos racines (famille, associations, talents cachés, valeurs philosophiques, humanistes, culturelles, religieuses)

C’est aussi le moment de faire, comme dans un cv, la liste de ce que vous avez fait et de vous l’expliquer comme si vous vous embauchiez :
Quelles études, emplois, quelle vie associative, etc… ?
Quels sont vos points forts et vos points faibles qui expliquent ce parcours ?

Qu’auriez vous souhaité comme études, emplois, vie associative, etc… ?
Quels sont vos points forts et vos points faibles qui expliquent ces souhaits et pourquoi cela ne s’est il pas réalisé ?
Il est utile de faire appel à l’avis des autres.

Quels sont vos alliés ?

Ce sont naturellement vos amis et vos anciens collègues avec qui vous êtes resté en relation.
Vous pouvez leur demander leur avis en expliquant votre démarche :

Comment me décririez-vous aux plans personnel, social, comportemental avec les autres, voire professionnellement ?
Quels sont mes atouts et mes points à améliorer (personnellement, professionnellement) ?
Comment me voyez-vous évoluer professionnellement ? Dans quel environnement ?

N’en demandez pas trop à votre conjoint… Il est normal d’en attendre un soutien, mais il a lui aussi ses soucis et n’a pas obligatoirement la FORCE de porter les vôtres à temps complet !
Certes, vos problèmes sont aussi un peu les siens, mais dans la communauté que forme un couple, l’autre a besoin de respirer et d’exorciser les angoisses communes.
Ne proclamez pas trop facilement qu’il n’est pas solidaire, qu’il manifeste du désintérêt pour vous… Vous risqueriez de projeter vos propres angoisses et de les lui attribuer comme bouc-émissaire.
Donnez vous plutôt des temps commun de « régénération ».

Par ces actions, vous venez de commencer un bilan de personnalité.
Si vous passez des tests au moment d’entretiens d’embauches, n’hésitez pas à en demander le résultat et, si possible, à vous les faire expliquer en donnant le bien fondé de votre démarche, elle sera appréciée.



2/ Faire un bilan de compétences

La démarche précédente vous donne déjà un aperçu de vos aptitudes et compétences.
L’ANPE et d’autres organismes peuvent vous aider à faire un bilan de compétences, mais indépendamment de ces moyens, vous pouvez déjà faire un point efficace.
Vous aller vous demander quels sont vos savoirs, savoirs-faire, savoirs-être, savoirs paraître :

Implicites (souvent trop évidents pour être spontanément identifiés)
Exemple : renseigner efficacement un client au téléphone (que veut dire efficacement ?).

Explicites (réalisations personnelles) :
Comprises dans les postes occupés, Occasionnelles et sur demande, Par initiative personnelle.

Extra-professionnelles.


Vous pouvez désormais dégager et hiérarchiser vos points forts et vos points à améliorer.



3/ Faire un bilan d’environnement (vie professionnelle, vie associative) :

Il est absolument nécessaire de savoir prendre du recul quant à ce que l’on appelle la compétence :
Généralement, d’après le principe de Peter, les personnes progressent dans l’entreprise jusqu’à atteindre « leur plus haut niveau d’incompétence », c'est-à-dire le poste où ils sont arrivé à leurs limites manifestes.
Selon ce principe, le jugement de la personne est étroitement lié à ses résultats, à sa compétence et à son incompétence supposée.
Nous préférons le principe de Mac Ber, pour qui la compétence est un ensemble d’aptitudes et de capacités qui se réalisent ou non en fonction d’un environnement donné.
Il faut donc faire le point sur les environnements dans lesquels vous pouvez pleinement vous exprimer et, à contrario, ceux dans lesquels vous risquez d’être mis en danger.
Vous pouvez désormais dégager les milieux professionnels qui sont pour vous sources d’opportunités et ceux qui sont sources de menaces.



4/ A partir des 3 étapes précédentes, vous pouvez définir votre projet :

Environnement : opportunités, menaces.

Soi : forces, points à améliorer, faiblesses, contraintes (familiales,…), feeling, cahier des charges, définition de « l’offre de service » et du secteur « client », Préparation de votre argumentaire, CV, Lettre de motivation par type de cible (appuyez vous sur les documents ANPE et APEC).



5/ Etablissez ensuite votre Plan de prospection :

Identification des secteurs de marché et types de prestations attendues, Identification de la zone géographique, Identification des entreprises et des types de prestations attendues par vos « clients », Identification des interlocuteurs cibles (les chefs de service), Identification du réseau : personnes relais, prescripteurs (relations et appuis, APEC, ANPE).



6/ Rédigez votre Plan d’action, révisable chaque semaine :

Définition des priorités et des étapes, Définition des indicateurs de réussite, Définition des moyens (tel, mails, courriers, déplacements).



7/ Il ne reste plus qu’à lancer activement et méthodiquement votre démarche :

Rencontrez toute personne qui peut vous renseigner sur un métier et / ou une entreprise, elle vous rappellera d’elle-même si elle entend parler d’une piste (il n’est pas nécessaire de la faire compatir), Prospectez téléphoniquement ou, mieux, par démarchage à l’accueil de l’entreprise ciblée, Profitez en pour prendre des renseignements et des coordonnées, Préparez vos entretiens (faire parler et ne pas trop en faire), Après l’entretien, adressez une lettre de remerciement (reformuler le besoin du « client »), Suivez les actions en cours, n’hésitez pas à relancer après 2 ou 3 mois.



Surtout, tenez un cahier où vous garderez une trace de vos actions, de vos contacts et de vos impressions.

H&D Conseil vous souhaite une bonne recherche !